L’ethnie Lo Lo au Vietnam

Lo Lo noirL’ethnie Lo Lo, appelée également O Man, Man Di, Man ou La La, il est originaire du Yunnan en Chine. Dans les mouvements migratoires vers le Sud au 15ème et au 18ème siècle, une partie de cette population est venue s’installer dans le haut plateau du nord. Leur communauté au Vietnam se compose de près de 4000 individus vivant dans de profondes vallées des districts montagneux de Dong Van, de Meo Vac, de Bao Lac, la province de Cao Bang , et au district de Muong Khuong – province de Lao Cai.

Le groupe ethnique Lo Lo peut être divisé en Lo Lo de fleurs et Lo Lo noir. Ils vivent en hameaux dans les maisons sur pilotis construites dans des endroits hauts et secs, surplombant les vallées. Leurs villages, de taille plus importante que par rapport à celui des autres ethnies minoritaires, se composent de très belles maisons en bois et constituent de véritables mu

La culture folklorique Lo Lo est très riche et unique, a démontré avec des danses, des chants, des légendes. La décoration sur leurs turbans, chemises, jupes et pantalons sont particulièrement colorées. Le calendrier de Lo Lo se divise une année en 11 mois, chaque correspondant à un nom d’animal.

Les tambours anciens en bronze sontla chosesainte du ethnie Lo Lo, enterrépour la protectionet parfoiscreuséseulement pour l’usage. Le chef de chaquefamille a droit àgarder lestambours qui sont utilisésuniquement pendantles funérailles ou les fêtes pour maintenir des rythmes de danses. L’ethnie Lo Lo sont parmi les rares groupes ethniques au Vietnam qui utilisent encore des tambours de bronze, un instrument de musique traditionnel étroitement associée à une légende du déluge. Selon la légende, une inondation catastrophique a eu lieu à élever l’eau vers le ciel. Le Dieu a sauvé une fillette et son jeune frère en mettant la fille dans un grand tambour de bronze et le garçon dans un petit tambour de bronze. Lorsque le flot s’est retiré, la sœur et le frère resté sur la montagne, devenant un couple, le re-créateur de l’Humain. La conception humaine de Yin et le Yang d Lo Lo, sur la naissance est peut-être encore préservée en jouant en même temps le tambours masculins et féminins. Les tambours sont pendus sur un stand aux pieds des morts, face à l’autre. Le batteur est entre les deux, jouant alternativement chaque tambour avec seulement une extrémité de la baguette même. Seuls les hommes célibataires ou les hommes mariés, mais dont les épouses ne sont pas enceintes peuvent jouer de la batterie. Les tambours de bronze ne sont pas seulement un atout précieux mais aussi un instrument sacré. C’est seulement avec le son des tambours peut l’âme des morts trouver le moyen de revenir à la ville natale de son ses ancêtres.

Publicités
Catégories : Cao Bang, Dong Van, Ha Giang | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :