Tiên Giang – pays natal de deux reines

L'imperatrice-Nam-Phuong

L’impératrice Nam Phuong

Sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), il y a eu une impératrice-mère qui a vécu huit règnes d’empereurs différents. C’est la reine-mère Tu Du (1810-1902), qui fut célèbre non seulement pour avoir aidé la Cour à gouverner et pacifier le pays, mais aussi pour sa vertu.

L’impératrice-mère Tu Du avait pour nom de jeune fille Pham Thi Hang. Née le 19e jour du 5e mois lunaire de l’année Canh Ngo (20 juin 1810) dans le village de Go Công, district de Tân Hoà, province de Gia Dinh (aujourd’hui commune de Long Hung, chef-lieu de Go Công, province de Tiên Giang), elle était la fille aînée de l’archiduc Pham Dang Hung (1764-1825).

Dès l’enfance, Pham Thi Hang a été reconnue pour sa vertu, sa beauté, son intelligence et son amour des études. À 14 ans, elle accompagna son père dans la capitale impériale de Huê. Là, elle fut sélectionnée par la reine mère Thuân Thiên Trân Thi Dang pour entrer dans le harem de son petit-fils, le prince héritier Nguyên Phuc Miên Tông, fils de l’empereur Minh Mang. Un an après, Pham Thi Hang a accouché d’une première fille, puis d’une seconde un an plus tard. En 1829, elle donna naissance à un garçon qui fut appelé Nguyên Phuc Thi ou Nguyên Phuc Hông Nhâm, lequel deviendra l’empereur Tu Duc (1829-1883).

Vertu de l’impératrice-mère Tu Du

En 1841, Nguyên Phuc Miên Tông prit le pouvoir, choisissant pour nom de règne celui de Thiêu Tri. Pham Thi Hang fut nommé «nhât giai phi» c’est-à-dire concubine de premier rang. En 1847, l’empereur Thiêu Tri meurt. Son fils Nguyên Phuc Hông Nhâm lui succéda sous le nom de règne Tu Duc. Après son avènement, il fit construire en 1849 le palais Gia Tho pour sa mère. La même année, à l’issue de l’inauguration de ce palais, Pham Thi Hang reçut le titre de «hoàng thai hâu» (impératrice-mère), et pour nom de règne, celui de Tu Du.

En 1883, l’empereur Tu Duc meurt, et laisse de dernières recommandations pour investir l’impératrice-mère du titre de Tu Du Thai Hoàng Thai Hâu, c’est-à-dire Tu Du impératrice-grand-mère.

Tu Du meurt en 1902 à l’âge de 92 ans. De son entrée à la cour à sa mort, l’impératrice-mère Tu Du a eu pour titres, en plus de 70 ans, ceux d’impératrice, d’impératrice-mère et d’impératrice-grand-mère. On exalte ses mérites de talent et de vertu, de patriotisme, de compassion pour le peuple, de modestie… Des mérites qui ont eu une bonne influence sur l’empereur Tu Duc qui a même écrit un livre intitulé Huân Tu luc sur les conseils moraux de sa mère. L’impératrice-mère Tu Du critiqua rondement les malversations et la concussion au sein de la cour et dans les circonscriptions du pays. Elle fit en même temps grand cas des fidèles sujets. La vertu de l’impératrice-mère Tu Du conquit le coeur de plusieurs générations de la population, jusqu’à aujourd’hui même puisque le célèbre hôpital de gynécologie de Hô Chi Minh-Ville porte son nom.

Il existe un vestige en relation avec les ancêtres de l’impératrice-mère Tu Du, le mausolée de la lignée Pham Dang qui est situé dans la commune de Hung Long, chef-lieu de Go Công, province de Tiên Giang. C’est là que repose son père l’archiduc Pham Dang Hung, également grand-père maternel de l’empereur Tu Duc. Aujourd’hui, les visiteurs peuvent y remarquer une maison de culte dédiée à Pham Dang Hung, ainsi que l’ancienne résidence de l’impératrice-mère Tu Du de son enfance à son entrée à la Cour royale à 14 ans. Le mausolée royal de la lignée Pham Dang a été classé en 1992 monument historique de niveau national par le ministère de la Culture et de l’Information.

L’impératrice Nam Phuong

Cent dix ans après l’entrée de l’impératrice-mère Tu Du au palais royal, une autre jeune fille originaire du chef-lieu de Go Công vint vivre à la Cour de Huê: Nguyên Huu Thi Lan, l’impératrice Nam Phuong (Parfum du Sud), épouse de l’empereur Bao Dai (1913-1997), le dernier représentant de la dynastie des Nguyên. Contrairement aux 12 impératrices de la dynastie des Nguyên, l’épouse de Bao Dai a été la seule à avoir reçu ce titre de son vivant, un jour après son mariage à l’âge de 19 ans.

La jeune Nguyên Huu Thi Lan est née en 1914 d’une famille catholique, riche et moderniste. À 12 ans, elle a été envoyée par sa famille en France, au Couvent des Oiseaux à Neuilly, où elle termina ses études secondaires en 1932.

Une année après son retour au pays natal, Nguyên Huu Thi Lan a rencontré le jeune empereur Bao Dai lors d’une réception à Dà Lat (hauts plateaux du Centre) organisée par le gouvernement général de l’Indochine. La grâce de la «reine de beauté de l’Indochine» (avant de devenir impératrice en 1934, Nguyên Huu Thi Lan a gagné trois années consécutives ce titre), son intelligence et son maintien à la française a vite conquis Bao Dai qui, lui aussi, a vécu de longues années à Paris. Le mariage impérial a été célébré le 20 mars 1934 à Huê. Bao Dai et Nam Phuong ont eu cinq enfants, trois filles et deux fils.

Outre l’éducation de ses enfants, l’impératrice Nam Phuong sut répondre à ses devoirs : visite et soutien à des hôpitaux, crèches, établissements scolaires, présidence de manifestations, visites de pauvres… Avec les bouleversements de l’histoire, la fin de la vie de l’impératrice de la dynastie des Nguyên a été marquée par ses années de résidence en France. Elle y meurt en 1963 à l’âge de 49 ans.

Et les Premières dames

Tiên Giang est le pays natal de l’impératrice-mère Tu Du et de l’impératrice Nam Phuong, mais aussi le berceau de deux Premières dames. La première est Doàn Thi Giàu (1898-1974), épouse du président de la République démocratique populaire du Vietnam (aujourd’hui République socialiste du Vietnam) Tôn Duc Thang (1888-1980). L’épouse du président Tôn Duc Thang est connue pour son éminente vertu et était appréciée pour sa simplicité. Après son mariage, Doàn Thi Giàu a élevé ses enfants seule pendant plus de 30 ans, son époux étant absent en raison de ses missions pour la révolution nationale.

La seconde Première dame est Nguyên Thi Mai Anh, épouse du président de la République du Sud Vietnam Nguyên Van Thiêu (1923-2001). Issue d’une famille pratiquant la médecine traditionnelle dans la ville de My Tho, Nguyên Thi Mai Anh était connue pour sa beauté et sa bonne éducation. Après la libération du Sud en 1975, elle a quitté le Vietnam pour vivre aux États-Unis.

Avec ces impératrices et Premières dames, Tiên Giang est considéré comme la localité ayant donné le plus d’impératrices au pays.

Source: CVN

Publicités
Catégories : Tien Giang | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :