Des tenues splendides des Lolos

les-loloLes Lolos sont des arteurs en décorant de leurs costumes traditionnels avec la couleur Noir ou Bariollé à leur propre technique de patchwork.

Un costume complet comprend, un haut, un bas et une coiffe. Le haut est constitué d’une chemise courte plutôt bien ajustée, aux manches longues et au col rond, fendu sur la poitrine. Deux pans de tissus surpiqués de motifs triangulaires bordent l’ouverture de la chemise. Lo Sy Pao, chef du hameau de Sung Pa A, un hameau du district de Mèo Vac :

« Les Lolo utilisent le patchwork pour créer des costumes bariolés. Ils assemblent des pièces de tissus de couleurs vives – vert, rouge, jaune, pourpre ou que-sais-je-encore… – en rajoutant quelques surpiqûres à la main ou des broderies. La ceinture, qui est de dominante verte, est absolument indispensable. Elle est aux Lolo ce que le foulard Piêu est aux Thaï ! »

Pour les hommes, la sobriété est de mise. D’ordinaire, ils se contentent en effet d’une simple tenue en coton teintée d’indigo. Ce n’est vraiment que pour les très grandes occasions qu’ils daignent sortir leurs coiffes multicolores.

Pour les femmes, par contre, c’est une toute autre histoire ! Chez les Lolo bariolés, elles arborent un chemisier aux longues manches quadricolores qu’elles associent à un pantalon rayé surmonté d’une ceinture perlée avec des franges aux extrémités. Chez les Lolo noirs, en revanche, c’est bien évidemment… le noir qui domine. On s’en serait douté ! Les chemisiers sont plutôt courts. Ils dévoilent même une partie du ventre. Les deux pans avants sont ornés de différents motifs. Lung Thi Minh, une Lolo :

« On commence par les grandes pièces. Au fur et à mesure, on rajoute des morceaux, en allant du plus grand au plus petit, histoire de donner du relief. Le rouge domine. Il faut dire, aussi, que c’est la couleur préférée des Lolo. C’est le symbole du soleil ardent ! »

Autre symbole omniprésent sur les : l’oiseau ngo ba, un oiseau mythique que l’on retrouve dans toutes les légendes de la communauté.

Au niveau de la tête, les femmes se coiffe d’un foulard tricolore indigo-noir-rouge, bordé de franges, de boutons multicolores et de broderies.

La tradition veut que les femmes s’occupent elles-mêmes de leurs tenues de mariage. C’est pourquoi elles sont initiées très tôt à la couture. Lung Thi Huyen :

« J’ai appris la broderie à l’âge de 12 ans. Maintenant, je maîtrise bien les techniques. Je peux même les apprendre à d’autres, c’est dire ! »

Des tenues splendides, des accessoires sophistiquées, des bijoux… Sans aucun doute, les jeunes filles Lolo sont les reines des contrées montagneuses…

Source: VOV5

Publicités
Catégories : Coutumes des ethnies minoritaires | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :