Les coutumes traditionnelles du Têt au Vietnam

coutume-des-h'mong

Les Hmong avec la coutume « mettre la main aux fesses pour déclarer son amour »

Le chant des coqs pour l’éthnie Pu Peo

Selon la conception des Pu Peo, pendant le Têt traditionnel, entendrele chant d’un coq qui chante bien permet de s’attirer la chance, la réussite,…

C’est pourquoi, le dernier jour de l’année quand minuit arrive, les garçons des Pu Peo doivent faire attention aux coqs. Quand ceux-ci se préparent à chanter, les garçons doivent allumerun pétard et le jeter dans le poulailler. Les coqs  sursautent et commencent à chanter. Tous les membres de la famille et les voisins chantent alors et dansent ensemble pour essayer de s’accaparer l’esprit de cette belle mélodie.

Les Hmong avec la coutume « mettre la main aux fesses pour déclarer son amour »

Depuis quelques années, les Hmong ont commencé à célébrer le Têt selon le calendrier lunaire, au détriment du nouvel an Hmong. Cependant, les pratiques liées à cette fête sont restées les mêmes, malgré le changement de date, et se transmettent encore de nos jours.

La fête de San Sai est l’évènement le plus important de ces festivités. Elle se déroule le 2ème jour avec des activités telles que la flûte, le chant, mettre la main aux fesses,…et est considérée comme un fait culturel typique des Hmong. A ce jour, les jeunes cherchent l’amour grâce à cette coutume.

Quand les jeunes se divertissent au marché ou au pied de la montagne, si un garçon tombe amoureux d’une jeune fille, il l’approche et lui met la main aux fesses. Si celle-ci est d’accord avec ces avances, elle lui met la main aux fesses à son tour. Enfin, si tous les deux le font encore 9 fois, cela signifie qu’ils approuvent et attendent le jour du mariage.

Les Dao avec la coutume « voler pour avoir de la chance »

Le premier jour du Têt, tous les habitants du village se réunissent sur une place choisie pour exécuter les rites traditionnels. Ensuite, ils se promènent ensemble dans le village avec de la musique et ils essaient de voler quelque chose aux familles habitant desdeuxcôtés de leur maison. Les Dao pensent que si on vole beaucoup à cette date, l’année suivanteils auront beaucoup de chance.

Si malheureusement  les familles voisines retrouvent les objets volés, ils doivent boire de l’alcool de riz n’auront pas de chance l’année à venir. Lors de cette journée les ethnies Dao volent souvent des légumes, des œufs, ou autres aliments dans la cuisine. A la fin de la journée, les voleurs comptentce qui a été dérobé pour le rendre aux familles voisines.

Les Tay Nguyen avec la coutume d’ « enlever le futur marié »

Les ethnies Tay Nguyen à l’occasion du Têt, ont une coutume peu ordinaire et très célèbre dans la région «  enlever le futur marié ». Selon les règles, la saison de l’enlèvement du mari se répète tous les ans aux villages des Chu Ru, Cil, Co Ho,… de janvier à mars.

Normalement, le rite se déroule pendant la nuit. Quand une jeune fille aime un homme, elle attend le soir pour apporter une bague et lui mettre au  doigt. Si l’homme n’est pas d’accord, il peut la redonner à la jeune fille, mais après 7 jours, elle y retournera pour lui remettre la bague jusqu’à ce qu’il soit d’accord.

Les ethnies Thai avec le rite d’accueil de nouvelle année par le tonnerre

Pour les ethnies Thaï dans les provinces de Nghe An ou Thanh Hoa, le Têt traditionneln’est pas fixéen fonction d’une date précisesur le calendrier mais en fonction de la nature. Après la récolte, lorsque le premier coup de tonnerre résonne, c’est le temps de fêter le nouvel an.

A ce moment-là,il est officiellement temps de commencer les préparatifs pour célébrer le Têt. A la fin du premier coup de tonnerre, le chef de famille réveille tousles membres de la maison, et, en même temps, il touche tous les objets pour les réveiller aussi et accueillir la nouvelle année.

En se basant sur le volume sonore du tonnerre, le patriarche du village va donner les prévisionspour l’année suivante. Si le tonnerre est très fort, cela signifie que les récoltes seront bonnes lors de l’année à venir.

Les Pa Then avec la coutume de culte de l’eau

Sur l’autel des ancêtres des Pa Then à Ha Giang, il y a toujours un bol d’eau. Ce bol doit être recouvert par une soucoupe pour qu’il y ait toujours de l’eau. On doit attendre jusqu’en juin, le chef de famille peut alors ouvrir le bol pour ajouter de l’eau.

Le dernier jour de l’année à minuit, on ferme les portes et les fenêtres dans toutes les maisons. Dans chacune d’entre elles, le chef de famille va nettoyer le bol et changer l’eau pour accueillir la nouvelle année.

Ces actions doivent être réalisées à l’abri des regards. En effet, selon la conception des Pa Then, si quelqu’un est témoin de ce rite, tous les membres dans la famille aurontdes maladies,seront malchanceux,…

Les Nung et la coutume de « ne pas faire des gâteaux les jours pairs »

Les Nung célèbrent le Têt presque comme les membres de l’ethnie Kinh. Le repas de minuit est toujours important et il on y mange toujours des Banh Chung. Ceux-ci peuvent être préparés quelques jours auparavant car les Nung ne les font jamais lors d’un  jour pair. Les habitants croient que les jours pairs ne sont pas des jours heureux. Si on fait les gâteaux lors de ces journées, les rizières vont s’abimer, les insectes détruiront les récoltes,… .

Le premier jour de l’année, les Nung coupent des feuilles rouges et les collent sur tous les objets de la maison. Ils brûlent de l’encens et prient pour avoir de la chance.

L’ethnie Lolo et la coutume de « réveiller les animaux et voler pour avoir de la chance »

Selon les anciens du village Lolo Chai dans la commune Lung Cu à Ha Giang,la coutume ancestrale nommée « khu mi » (voler pour avoir de la chance) existe encore de nos jours. Les Lolo à Ha Giang pensent que si vous rapportez quelque chose chez vousà minuit le dernier jour de l’année, votre famille aura de la chance pour l’année à venir. Le  dernier soir de l’année, chaque famille va donc « voler » quelque chose chez un voisin, et si possible par multiple de 12 (par exemple 12 maïs, 12 fruits,…) ce qui représente symboliquement les 12 mois de l’année. Si on ne prend que 2, 3 ou 4,… choses, ou si on est découvert par la famille volée, on manquera alors de chance toute la nouvelle année.

Le dernier jour de l’année à minuit, tous les Lolo attendent ensemble le premier chant de coq dans le village. Selon les locaux, le chant du coq annonce le commencement de l’année. Le chef de famille va alors réveiller les animaux pour qu’ils accueillent la nouvelle année avec la famille.

De plus, un autre rite est organisé chez les Lolo pour s’assurer la santé, la chance,…. Les habitantstuent un coq pour les hommes et une poule pour les femmes.

Les outils de travail seront peints en jaune pour faire venir la chance, il sera interdit de les toucher pendant les 3 jours du Têt.

Publicités
Catégories : Coutumes des ethnies minoritaires | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :