Les mariages khmers

mariage-khmers: des moments de magie pure… Autrefois, ils s’étalaient sur 3 jours et 3 nuits, symbolisant ainsi par leur durée les trois joyaux du bouddhisme. Mais aujourd’hui, la tradition tend à disparaître et bien souvent, les cérémonies ne durent que deux jours, mais avec un déploiement de faste qui, lui, est toujours aussi vivace.

La saison des noces débute au premier mois du calendrier khmer et dure jusqu’à la fin des récoltes, ce qui revient à dire qu’elle dure à peu près deux mois.

mariage-khmers1Cap sur la province d’An Giang, tout d’abord, et plus précisement dans le district de Tri Tôn, chez un certain Chau Chan Da, dont le fils Chau Lim, policier de son état, s’apprête à convoler en justes noces avec Thach Thi Nhon, future diplômée du secteur bancaire.

Le jeune homme se rend chez sa promise, accompagné de ses parents. Mais il ne vient pas les mains vides. Il apporte des fleurs, des fruits, des gâteaux de riz gluant, mais surtout des feuilles de bétel, des noix d’arec et tout un nécessaire à chiquer. Il faut dire que pour les Khmers, le bétel est le cadeau de noce par excellence, cadeau symbolique, naturellement, mais sans lequel il ne saurait y avoir de mariage digne de ce nom. A tous ces présents, s’ajoute une petite somme d’argent qui servira à préparer les robes de mariage de l’heureuse élue.

Voilà pour les préliminaires. Passons maintenant aux choses sérieuses. Deux « achars » – c’est-à-dire deux personnes âgées qui servent d’ambassadeur à chaque clan – font office de maîtres de rituels. Chau Chan Da :

« Les maîtres de rituels doivent nécessairement être parés d’un certain prestige et connaître par cœur les coutumes liées au mariage. Il faut dire qu’un mariage comporte énormément de rituels tous aussi importants les uns que les autres. »

En présence des deux familles, les achars se lancent dans de longs discours solennels et consensuels à l’issue desquels est décidé le jour du mariage. Mais les fiançailles ne seront considérées comme officielles que lorsque le nouveau couple aura échangé une bague ou un bijou. Pour fêter ce moment, les parents chiquent le bétel ensemble et la famille de la fiancée offre un repas.

mariage-khmers2Quant à la cérémonie de mariage elle-même, elle se déroule chez la jeune fille, les Khmers étant un peuple matriarcal.

Dès l’aube, le cortège nuptial s’élance depuis la maison du marié. La famille de la future mariée aura pris soin au préalable de clôturer sa porte avec une branche à épines. Lorsque le cortège arrive, un représentant du futur marié se livre à une danse avec un épée en bois. La famille de la jeune fille frappe alors sur le gong pour inviter celle du jeune homme à entrer. Vêtues de tenues traditionnelles, la future mariée et ses deux demoiselles d’honneur l’accueillent avec des fleurs. Les premières notes de musique traditionnelle commencent alors à retentir, agrémentées de compliments et félicitations de toutes sortes.

mariage-khmers4Lors de cette cérémonie d’accueil, des cadeaux sont déposés devant les mariés. On y retrouve des vêtements, des objets décoratifs, mais aussi des pièces d’or et des diamants.

Vient ensuite le rituel de la coupe des cheveux, un rituel qui symbolise la présence divine. Un musicien et une musicienne représentant un couple d’anges ont pour mission de couper une mèche de cheveux à chacun des fiancés afin de les purifier des impuretés accumulées avant l’union. Ensuite, les parents et les membres de la famille miment également ce geste.

Chez les Khmers, même si le mariage est une institution civile, la cérémonie religieuse est beaucoup plus importante. D’ailleurs des bonzes sont conviés. Ils récitent généralement des prières en aspergeant le couple d’eau bénite parfumée, en signe de bonheur et de longévité. Ensuite, ils lient les mains des jeunes mariés avec un fil de coton rouge, pour signifier qu’ils sont désormais unis à tout jamais, pour le meilleur et pour le pire.

mariage-khmers5La cérémonie est à présent terminée. Les mariés sortent de la pièce sous une pluie de fleurs. La mariée entraîne symboliquement son époux vers la chambre nuptiale. Le couple est maintenant uni. Thach Thi Nhon est aux anges :

« Je suis très fière d’avoir eu un mariage qui suivait parfaitement la tradition. Tous les rituels ont été respectés, en tout cas. »

Maintenant que les solennités sont terminées, place aux réjouissances. Un grand repas est offert et servi aux invités. Les jeunes mariés, accompagnés de leurs demoiselles et garçons d’honneur, accueillent et servent les invités.

Lorsque le couple a mangé, il passe de table en table pour remercier les convives. Ces derniers en profitent pour leur donner une petite somme d’argent afin de les aider dans leur nouvelle vie.

Et c’est avec la danse traditionnelle Lam Thon, exécutée par les jeunes villageois, que les festivités se terminent en beauté. Il fait nuit. La nouvelle vie commence vraiment pour le jeune couple.

Source: VOV

Publicités
Catégories : An Giang | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :