Les Nung et leur architecture

maison-des-nungChaque ethnie a une architecture traditionnelle bien à elle. Mais les Nung ont plusieurs architectures, chacune ayant son utilité.

Les maisons Nung sont bâties soit à même le sol pour celles qui sont en terre battue, soit à flanc de montagne, ce qui suppose alors qu’elles soient à moitié ou entièrement sur pilotis. Cette seconde catégorie semble être la plus prisée, les Nung aimant les régions montagneuses et boisées.

De l’avis des géomanciens, la demeure idéale s’ouvre toujours au sud, là où le panorama est le plus large, mais jamais sur la montage, les rivières et surtout pas sur des arbres aux formes étranges. Pourquoi ? Parce que certains pitons rocheux ressemblent à des flèches acérées et parce que les arbres aux formes tourmentées font penser à des bêtes féroces et extraordinaires. Dans les deux cas, ce sont des signes néfastes dont il convient de se prémunir.

Ecologistes dans l’âme, les Nung n’utilisent que des matériaux naturels, le bois ou le bambou par exemple, pour construire leurs «nids», lesquels sont souvent entourés par des haies et des jardins potagers. Luong Van Thiet, ethnologue :

«Une maison sur pilotis typique est en général assez spacieuse. Chacune dispose d’entre cinq et neuf travées, en fonction de l’effectif de chaque famille. Mais dans tous les cas, il faut des chiffres impairs, qui sont considérés comme étant ceux pour les vivants. Pareils pour les marches de l’escalier menant vers la maison. Les chiffres pairs sont l’apanage des maisons funéraires.»

L’espace créé en-dessous du plancher sert d’étables et de resserre à outils ménagers. C’est là que les femmes teignent le tissu et que les hommes font le bricolage. A l’intérieur, la maison est divisée en deux par une cloison de bois. La partie avant, où trône l’autel des ancêtres, est réservée aux hommes. Derrière, c’est le domaine des femmes, de la cuisine et de la déesse de l’accouchement, à laquelle les Nung vouent une dévotion toute particulière.

Voilà pour les maisons sur pilotis. Mais si vous avez l’occasion de rendre visite à des Nung de Lang Son, vous serez sûrement surpris par leurs maison en terre battue. Il en existe de deux sortes : les maisons «ordinaires» et les maisons «fortifiées». Hoàng Van Pao habite à Lang Son.

«La toiture est recouverte de tuile. Pour ce qui est des murs, qui sont épais de 50-70 centimètres, ils sont faits d’un mélange de terre et de paille, comprimé et battu dans des moules. Cette architecture résiste parfaitement bien aux affres du temps.»

Les maçons préparent des moules de bois pour compacter l’argile qui est ensuite battue à l’aide d’un pilon de bois. On confectionne plusieurs couches de terre pour créer un mur compact et solide. Les murs s’appuient sur un fondement de pierre et une ossature de bois, susceptible de retenir la chaleur en hiver et la fraîcheur en été.

Quant aux maisons «fortifiées», elles prennent l’apparence d’un blockhaus. Ceinturées par une muraille, elles tiennent tout à la fois de la tour d’observation et du lieu d’habitation.

Voilà pour un bref aperçu de l’habitat Nung. Reste l’essentiel : le charme rustique qui se dégage de toutes ces vieilles demeures.

Source: VOV

Publicités
Catégories : Coutumes des ethnies minoritaires | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :