Le culte du génie du Sol chez les Nung

culte-du-genie-du-solDans la croyance des Nung, le génie du Sol veille sur le bien-être des habitants. Son rôle étant crucial, on lui consacre un pagodon quand se crée un nouveau village.

L’édicule dédié au génie du Sol trône sur les lieux tranquilles réservés aux sacrements. Le choix du terrain où est construit ce pagodon revient aux géomanciens, convoqués au moment de la création du village. Ils accompagnent toujours les maîtres en charge des rites, lesquels déterminent en quel jour faste il faut tenir la cérémonie de mise en chantier. Ce «foyer» divin est généralement fait de bois, entouré de cloisons en bambou tressé, et recouvert d’une toiture en tuile ou en tôle. Plus son édification est rudimentaire, plus ses miracles sont évidents, explique Vuong Van Duong, un habitant de la province de Lang Son (nord-est) :

«Il s’agit d’une tradition des Nung, qui cotisent pour financer les travaux. Cette cérémonie en hommage du génie du Sol est un rendez-vous annuel très attendu, car ce n’est pas seulement une manifestation rituelle. Il s’agit surtout d’une occasion de retrouvailles et de partage.»

La célébration s’effectue le deuxième jour du Nouvel An lunaire (Têt). Les femmes comme les hommes pratiquent ce culte dans le pagodon dédié à la divinité, alors que seuls ces derniers pouvaient le faire dans le passé. Le jour J, toutes les familles se rassemblent devant l’édicule, apportant chacune un plateau rempli d’offrandes. Il peut s’agir d’un coq bouilli, par exemple, ou bien encore d’une paire de banh chung (gâteau de riz gluant farci, spécialement préparés pour le Têt), d’un plateau de banh khao (gâteau de farine de riz grillé), de l’alcool ou des friandises. Dans certaines parties de Lang Son, cela revient à être un concours informel entre les lignées Nung sur leurs succès économiques de l’année antérieure. On suppose que plus le coq est grand, plus la famille sort gagnante.

Lorsque la cérémonie prend fin, on verse de l’alcool autour du vase d’encens qui se trouve dans le pagodon, comme une manière de «trinquer» avec le génie. On reprend ensuite les offrandes pour les partager en famille et avec les animaux domestiques. Les volailles et les cochons peuvent ainsi manger des portions de riz gluant jaune, gage de prospérité pour toute l’année.

On fait le culte du génie du Sol pendant le Têt, le thanh minh (la fête des morts) et le doan ngo (rite en l’honneur du nouveau riz), comme l’explique le folkloriste Loc Khang :

«Le génie du Sol prend part à toutes les occasions importantes que sont les naissances, les mariages, les funérailles, les déménagements ou les constructions de nouvelles maisons. On ne se rend jamais les mains vides au pagodon. Une assiette de riz gluant cuit à la vapeur et un coq bouilli suffisent comme marque de respect envers le Dieu.»

Tant de dévotion a une explication. Pour les Nung, sans sol vivant – ni plantes, ni animaux sur leurs terres, – il n’y a plus d’humanité.

Source: VOV5

Publicités
Catégories : Coutumes des ethnies minoritaires | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :