Les K’ho

les-khoAujourd’hui, débute une nouvelle série ethnographique consacrée aux K’ho, un minorité ethnique peuplant le sud des hauts plateaux du Tay Nguyen. Les ancêtres des K’ho vivaient plutôt isolés, en haut des montagnes, c’est sans doute la raison pour laquelle ils ont réussi à préserver une grande partie de leurs traditions.

A l’origine un peuple nomade, les K’ho se subdivisent en plusieurs sous-groupes, eux-mêmes disséminés dans différentes localités. K’ho Srê, K’ho T’ring, K’ho Nộp, K’ho Chil, K’ho Lách, K’ho Dòn… voilà quelques uns de ces sous-groupes qui partagent néanmoins plusieurs points communs, à commencer par leur langue austroasiatique, ou plus précisément môn-khmère.

Ce n’est que tout récemment que les K’ho se sont dotés d’une transcription romanisée, c’est-à-dire utilisant l’alphabet latin, de leur langue. Au niveau national, on dénombre environ 170.000 K’ho, répartis essentiellement dans les provinces de Lâm Đồng, Bình Thuận, Khánh Hòa, Ninh Thuận, Đồng Nai, mais aussi à Ho Chi Minh-ville.

Leurs métiers principaux sont la culture, l’élevage, la forge, la vannerie ou encore le tissage. A l’instar d’autres peuples du Tay Nguyen, les K’ho ont une très riche vie spirituelle, comme nous l’explique Nguyễn Văn Doanh, folkloriste de son état :

«Les K’ho croient que les moindres évènements qui surviennent dans leur vie sont décidées par des forces supranaturelles. Mais c’est tout à fait binaire: les forces célestes les protègent, les forces du mal les détruisent. Ils vénèrent donc les génies du Soleil et de la Lune, mais aussi ceux de la Montagne, de la Rivière, du Sol, du Riz… Aujourd’hui encore, ils les invoquent lors des cérémonies nuptiales ou funèbres, mais aussi lors de celles qui marquent une étape cruciale dans un processus de production, ou tout simplement lorsqu’ils sont malades.»

Yàng, c’est le Dieu omnipotent des K’ho qui sont pourtant un peuple polythéiste et agricole, qui de ce fait, accorde une importance particulière au génie du riz. Ils organisent d’ailleurs plusieurs fêtes en son honneur, à l’occasion de la plantation du riz, au cours de son développement, et lors de la récolte…

La vie culturelle et artistique des K’ho est très riche, avec notamment une poésie lyrique pleine de musicalité. Leurs principaux instruments de musique sont des gongs, des instruments à vent (Kơmbuat et Kơrla) et de percussion (Sơgơr)…

Respectueux des personnes âgées, les K’ho admirent le patriarche de leur village qu’ils considèrent comme l’incarnation de la tradition et le garant de l’union villageoise. Cela étant, leurs villages sont le type-même de la commune rurale profondément matriarcale. La maison traditionnelle K’ho est longue, construite sur pilotis, avec un toit courbé à ses extrémités et couvert d’impérate cylindrique, une plante herbacée répandue dans la région. Les ménages issus d’une même lignée habitent souvent les uns à côté des autres. C’est autour du feu installé au milieu de la maison que s’organise leur quotidien.

Matriarcat oblige, c’est la femme qui prend l’initiative lorsqu’elle trouve un homme qui lui plaît. Mais c’est la famille du jeune homme à qui il revient le droit de réclamer des offrandes. Plus celui-ci est en bonne santé, plus les offrandes sont importantes. Après le mariage, le mari vient s’installer chez sa femme, les enfants prendront le nom de famille de leur mère et ce sont les filles qui héritent de la fortune familiale. Avec le temps, certaines pratiques jugées désuètes ont disparu, explique K’ Brell, un cadre chargé de la culture K’ho :

«Maintenant qu’ils ont des contacts avec les Kinh (majoritaires au Vietnam) et d’autres ethnies, les K’ho ont adopté un mode de vie plus moderne. Par exemple, si c’est toujours la famille du futur marié qui réclame des offrandes, elle peut faire preuve de compréhension à l’égard de la famille de la future épouse. Si nécessaire, la première aidera la seconde à compléter les offrandes qu’elle a elle-même exigée.»

Préserver la tradition et l’adapter au nouveau contexte, c’est ce que font les K’ho qui restent extrêmement attachés à la solidité et à la solidarité de leurs lignées familiales, mais aussi à la forêt et à l’eau, leurs biens communs.

Source: VOV5

Publicités
Catégories : Haut plateau Central | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :